Week-end à Liège, à la rencontre des Urban Sketchers locaux

Leave a comment
Carnets de croquis
Vue des terrasses des Minimes à Liège

L’envie me taraudait depuis un moment et j’ai profité d’une promo Thalys très intéressante pour enfin découvrir Liège, le temps d’un week-end. Le programme: découverte de la ville et surtout, surtout, croiser les copains liégeois urban sketchers pour dessiner. L’invitation avait été lancée au vol il y a quelques mois, je ne me suis pas faite prier.

Il faut dire que Liège, c’est un peu la Mecque des Usk européens. C’est surtout la ville de Gérard Michel, prof de dessin d’architecture à la retraite et Urban Sketcher de la première heure, qui a croqué sa ville en long et en large depuis plusieurs décennies, et édité à son compte plusieurs livres de croquis sur la ville belge.

J’ai eu le plaisir d’être hébergée par Gérard dans sa maison nichée dans un dédale de ruelles et de petites impasses. Le week-end n’a été qu’un grand sketchcrawl de deux jours, en compagnie des copains liégeois Fabien, Antoine (fils de Gérard) et Christian. Le soleil était avec nous pour une première journée de printemps. J’ai mangé mes premiers boulets, spécialité de la ville, et découvert de mes yeux la cité que je ne connaissais, finalement, qu’en dessins. A refaire, très rapidement!

 

 

Autour de Saint-Denis

Leave a comment
Carnets de croquis
Bar rue Lanne à St-Denis (93)

La tête ailleurs, l’esprit confus, la motivation en berne… Je vous narrerai le pourquoi du comment, plus tard, quand les idées seront posées au lieu de bourdonner autour de ma tête. En attendant, je me suis arrimée au dessin, de toutes mes forces. Et les jours où les 20 minutes de RER qui me séparaient du centre de Paris me paraissaient insurmontables, j’ai tourné autour du centre historique de Saint-Denis. Et je me suis laissée surprendre par l’ancienne ville des rois, par ce passé historique tellement présent, entre l’architecture populaire du 19e siècle, les barres d’immeuble des années 60, le Stade de France, les écluses et les vieux bâtiments industriels. Finalement, je ne regrette pas d’avoir dédaigné la ville capitale sur ce coup.

Entre 2016 et 2017, entre douceur et amertume

Blabla & News

Soyons honnêtes, si je devais vraiment faire un bilan de l’année 2016, et des objectifs de l’année 2017, vu le bazar que c’est dans ma tête en ce moment, ce billet de blog, on ne le verrait jamais.

Voici ma carte de vœux pour l’année 2017. Un peu comme d’habitude, j’aime bien m’y glisser en cameo, comme depuis un peu toujours, et y faire une référence, pourquoi pas, à un souvenir fort de l’année passée. Entre Manchester et New York, mon cœur balance, mais c’est les façades des maisons de Brooklyn qui l’ont emporté.

En 2016 ce fut une année résolument sous le signe des Urban Sketchers: la rencontre France à Bordeaux, mon premier symposium international à Manchester, le rendez-vous du carnet de voyage bien sûr, la préparation de nombreux croquis pour ce projet de livre sur Clermont-Ferrand qui verra bien le jour, il faut, il faut, et puis de manière anecdotique, mais ma petite fierté: devenir admin du groupe Urban Sketcher France et participer à l’animation du groupe comme au choix des villes pour les rencontres nationales.

En 2016 nous avons fêté les 5 ans du Local 19! Une vraie fierté d’avoir tenu aussi longtemps, terni par la tristesse de voir le départ d’une bonne partie des coworkers, qui travaillaient pour la même structure et sont partis pour d’autres aventures.

En 2016, ce fut l’année d’un nouveau boulot et d’une nouvelle région. Ce fut l’année de deuils, familiaux et personnels. Ce fut une année remplie de questionnements, surtout pour les mois post-voyage en cargo (et j’espère enfin trouver le temps un jour d’écrire à ce sujet). Ce fut une année où des rencontres amicales se firent, des amitiés se renforcèrent, et je me sens tellement grandie à chaque fois. Et non, contrairement à la plupart des gens que je connais qui en ont fait la résolution pour cette année, je n’arrêterai pas les réseaux sociaux, ils m’ont apporté tant de choses!

Et il y a devant moi une année 2017, déjà entamée,. La douceur de 2016 est partie, 2017 s’annonce houleuse et foutraque, l’énergie manque et les doutes s’installent, encore . Mais ce sera l’occasion, qui sait, de me réinventer et de tenter de nouvelles choses. Carnet à la main, des amis autour de soi, tout reste possible.

 

Mon Inktober 2016

Carnets de croquis / Dessins & Illustrations

Mon défi annuel d’Inktober! Cette année, comme en 2014 et en 2015 je me suis attelée à ce challenge mondialement connu des dessinateurs de toutes sortes. Le défi, je vous le rappelle, consiste à dessiner un croquis par jour à l’encre. Le seul truc, c’est que je savais que cette année le calendrier serait compliqué, grosso modo entre septembre et décembre voire au-delà… Il y a eu aussi le voyage à New York, et je me suis imposée de faire mes dessins Inktober en sus de mon carnet de voyage et de quelques autres défis personnels que j’exposerai ici un peu plus tard.

J’ai également perdu dans la foulée mon Rotring 0,3 mm, que j’avais ressorti de ma trousse. C’est con, j’avais gardé cet outil comme fil rouge, à n’utiliser que celui-là. Du dessin au trait, directement, seulement des motifs naturels et de l’architecture, un peu le contraire de l’année dernière où c’était des personnages à la plume Sergent Major… Bon, bref, encore une occasion de produire, de m’exercer un peu en dehors de ma zone de confort. Je suis, heureusement, tombée en amour un peu par hasard pour des feutres Muji 0,38 mm. Un trait fin et agréable et finalement moins de souci qu’avec mon Rotring qui recrachait ou retenait l’encre en fonction de son humeur, pile quand il ne le fallait pas!

Voyage à New York

Carnets de croquis / Voyages et pérégrinations
central park

C’était prévu de longue date, voire même un peu avant, que de partir ensemble, ma mère, ma sœur, mon frère et moi pour un gros voyage un peu loin. C’était devenu un clin d’œil récurent, ma mère qui s’exclamait « ha, quand je vous y amènerai à New York…! ». Il a fallu du temps, le temps pour économiser, pour trouver un semblant de planning commun, le temps pour finir des études, commencer un stage ou reprendra un boulot. La vie quoi.

De retour à New York, huit ans après mon premier séjour, difficile de ne pas faire le parallèle avec 2009. Je sortais de quatre jours de workshops à Dallas, un souvenir fabuleux, et je n’avais qu’une envie: dessiner à toc. C’était mon premier voyage solo et j’étais à la fois grisée par ce sentiment de liberté et angoissée à l’idée de découvrir une telle ville par moi-même. Pour la première fois le dessin m’a servi de compagnon de voyage, et je m’étais enfermée volontairement, un jour de pluie, dans l’aile des Arts Asiatiques du Met. J’en rêvais bêtement depuis un moment, dessiner dans un musée, sans ralentir les personnes qui m’accompagnent…

Ce fut une belle semaine de vacances. Il y a huit ans je m’étais jurée de revenir à la seule condition d’avoir un appareil photo digne de ce nom pour immortaliser les perspectives de cette métropole. Et là, bim, plus d’envie du tout de photographier, une envie qui s’est énormément émoussée depuis que je dessine lors de mes voyages. Je porte sans broncher plusieurs carnets sur moi, mais mon reflex me paraissait être un poids mort! J’ai donc lâché l’appareil photo au bout de deux jours. Heureusement que le reste de ma famille a abondamment documenté notre séjour new-yorkais… Et un grand merci à eux pour m’avoir laissé faire l’ours et dessiné de mon côté, je ne regrette pas d’avoir quelques souvenirs un peu uniques dans mon carnet de voyage!

passeport et billet de 20 dollars rue du lower east side et museum of natural history devant le MET à new york au MET, les antiquités égyptiennes au MET, statue de boddhisatva au MET masques d'Indiens d'Alaska et High Line washingtion square central park central park à grand central station à new york hélicoptère de garde-côtes américains Astor Place the intrepid museum of sea air and space et le iron flat building chelsea et williamsburgh devant Braodway croquis de kat's delicatessen