Envie de dessiner? Mes conseils pour trouver l’inspiration

La Ruche Trianon

Il m’a été demandé il y a quelques semaines si j’avais quelques conseils à donner sur l’inspiration, puisque je me suis mise à dessiner de manière très régulière. La question, toute simple, a trouvé écho chez moi, et j’ai réalisé que j’avais pas mal de choses à dire dessus. Il y a nombre d’articles de motivation ou de « comment trouver le succès » sur Medium, mais assez peu sont orientés création ou dessin.

J’espère qu’il vous aidera! N’hésitez pas à m’écrire ou  à commenter ci-dessous.

1/ La régularité est la clé

Je vais me permette une comparaison sportive: si vous vous mettez au footing, on vous dira souvent qu’il vaudra mieux commencer par 5, 10, 15 minutes plusieurs fois par semaine plutôt qu’une grosse heure d’un coup une fois par mois. Ca sera pareil dans une activité créative: il vaudra mieux très souvent quelques minutes chaque jour plutôt qu’une fois tous les 36 du mois. Si le fait de « s’y mettre » au début est contraignant, on s’en fait vite une habitude quotidienne. Et on remarque, très vite, qu’on arrive chaque jour à caser quelques instants de plus pour dessiner ou créer, et puis ) constater des progrès. Comme quand on débute en footing, en fait.

2/ Faites vos gammes

On ne peux pas dessiner chaque fois quelque chose de vraiment d’original, tiré de notre pure imagination. Regardez un pianiste. Un pianiste qui veut progresser dans sa pratique ne se lance pas dans une composition chaque matin, il ne se lance pas même dans l’apprentissage d’un nouveau morceau. Mais il fait ses gammes. Faire ses gammes cela paraît pas très réjouissant, répétitif et pas très créatif. Oui mais faire ses gammes c’est se dérouiller sans avoir à vraiment réfléchir à ce qu’on fait, c’est travailler sa technique, c’est se mettre dans le bain. Prenez une feuille de papier, donnez-vous juste comme objectif de la noircir avec un même objet, une répétition d’un motif. On prend un dessin, une technique et on noircit plusieurs pages avec comme seul objectif de se vider la tête, pas de bien dessiner.  Voilà, vos gammes sont faites.

3/ Donnez-vous des contraintes

On se persuade tellement que dessiner ou faire une activité créative c’est être un artiste ou un pur esprit qu’on oublie que souvent, la première inspiration vient de la contrainte. Donnez-vous une contrainte de thème, de technique, de temps ou de délai pour dessiner et voyez ce que ça donne. J’aime beaucoup l’idée des contraintes mensuelles ou annuelles… Des exemples? Inktober, ou comment tous les dessinateurs du monde se donnent la contrainte de dessiner à l’encre chaque jour d’octobre. Sur le forum CgTalk on se donnait des mini-challenges très formateurs: dessiner 50 mains d’après modèle sur un mois, dessiner 50 portraits. Beaucoup d’artistes se lancent dans des projets 365 (faire un nouveau dessin/création par jour pendant un an), ou des projets par semaine, à vous de trouver un thème qui vous intéresse sur Internet ou d’inventer le vôtre. Du genre, dessiner un dinosaure à l’aquarelle pendant un mois, faire un portrait à l’acrylique par semaine pendant un trimestre… bref, variez, faites-vous plaisir!

4/ La technique des mini-challenges

Comme mentionné sur le point ci-dessus, développez des mini-challenges: dessiner 10 monstres, dessiner pendant une demi-heure n’importe quoi, dessiner uniquement à l’encre pendant 10 jours, dessiner 50 mains sur un mois (à vous de voir si vous dessinez deux fois par jour, ou faites par paquets de 5 ou 10 dessins, vous voyez le truc?), dessiner à l’aquarelle, juste avec une couleur, juste un style de personnage mais décliné? Ne sous estimez pas le pouvoir des séries: dans le tas, les premiers ou certains seront moins satisfaisants. Mais sur une série de dix, vous en trouverez au moins un ou deux, ou plus, que vous trouverez réussis. Et je gage que ça ira en s’améliorant avec le temps!

5/ Le dessin d’échauffement

J’aime bien le terme de « warm-up sketching » utilisé par les anglo-saxons, mais l’expression « dessin d’échauffement » en français traduit bien l’intention: prenez l’habitude de vous dire que le matin, les premiers dessins seront toujours ratés, ils sont là pour vous échauffer, pour vous lancer. Les bons dessins ne viennent jamais les premiers. Donc, le warm-up sketch on le fait sans pression, sans grande ambition. Il sera raté, mais le fait de le faire ce premier dessin, entre le café et la tartine, entraînera un deuxième dessin un peu mieux, puis un troisième… Ne vous foutez pas la pression sur ce dessin d’entraînement, le meilleur est à venir!

6/ Testez une nouvelle technique

Rien de tel que de casser ses habitudes pour s’obliger à penser autrement et à délier son dessin. Dessiner avec une nouvelle technique c’est bêtement sortir de sa zone de confort bien sûr. Et surtout, de varier sa gestuelle. On ne dessine pas de la même manière selon qu’on dessine rapidement ou lentement, en toute petite taille ou en très grand format. Vous travaillez laborieusement au crayon et gomme? Tentez le dessin directement à la plume, à l’encre de Chine. Vous dessinez sur du A4? Sortez un grand rouleau de papier craft. Faites de la peinture, faites de l’aquarelle. Plantez-vous au début et voyez les progrès. Ces progrès se répercuteront sur le reste. Faire de la sculpture ou de la modélisation aide pour comprendre le volume en dessin, faire de la photo aide pour comprendre la lumière ou les couleurs, etc.

7/ Pas du tout envie de dessiner? Sortez prendre l’air!

Pas très original comme conseil, mais finalement le plus simple et parfois le plus dur à appliquer quand on se sent coupable de ne rien produire: sortez! Sortez marcher, faites du sport, allez boire un verre entre amis. Si rien ne veut sortir, il est inutile de se flageller. Quitte à passer une heure à ne rien produire, il vaut mieux une heure de marche ou sortir faire ses courses. Votre cerveau vous remerciera. Et ne sous-estimez pas les effets d’une pratique sportive sur le mental, et donc, les idées que vous pourrez produire.

8/ Pas du tout envie de dessiner? Faites autre chose de vos dix doigts!

Il arrive que l’on bloque sur le fait de dessiner pendant plusieurs jours (voire semaines, mois…). Je crois qu’on finit par se bloquer dessus, souvent par cette culpabilité de ne « rien faire » ou de ne rien sortir de bon en tout cas. C’est quelque chose qui m’est arrivé un long moment. Je me bloquais même sur mon temps libre. Je me disais qu’après tout, dessiner c’est mon loisir, pourquoi faire autre chose?

Sortir prendre l’air c’est une chose, mais ça marche sur le coup. S’accorder un autre loisir créatif que le dessin, c’est prendre un nouveau risque. On commence quelque chose de nouveau, on se met en position de débutant, on perd du temps pour faire quelque chose de tangible. Mais justement c’est ça qui est génial! Votre cerveau n’est plus sur ses acquis, il apprend quelque chose de neuf

Je trouve que le travail sur l’ordinateur est fantastique pour travailler vite une fois que l’idée est posée, ou pour la finalisation d’une oeuvre (que ce soit Photoshop pour une maquette, ou Illustrator pour la vectorisation léchée d’un logo, ou bien d’autres logiciels…) , mais quand on cherche l’inspiration, rien de mieux que de poser ses premières idées sur papier.

9/ Pas de honte à copier!

Cela nous paraît honteux mais pourtant c’est une pratique des plus anciennes: des ateliers de la Renaissance aux peintres chinois, la copie est vue comme un moyen normal d’apprentissage, pour accéder à une technique. Pas d’inspiration en ce moment? Dessinez d’après modèle. Dessinez « bêtement » de la nature morte, un détail de votre rue, un objet de votre cuisine, faites du photo-réalisme, une technique qui demande de la technique pure et vous apprendra beaucoup. Prenez votre peintre préféré et attelez-vous à copier un de ses tableaux. Pas de réinterprétation, pas de dessin à votre façon: dessinez-purement ce que vous voyez, apprenez de ce que vous voyez de ses lignes, des lumières. La meilleure manière de travailler sa technique,  de prendre confiance, de s’inspirer de ceux qui nous précèdent. Et surtout nous donner envie de dessiner, enfin,  nos propres idées.

10/ Ne pas sous-estimer le pouvoir du dossier de références

Vous avez, bien sûr, déjà sur vous un dossier d’images qui vous inspirent. Non? Hé bien, vous avez tort de ne pas vous y mettre immédiatement. Ouvrez Pinterest, Instagram, bref, n’importe quel site ou réseau social de partage d’images et ouvrez-vous un compte. Ma méthode à moi: je reste fidèle au copier-coller d’images que j’enregistre à l’ancienne sur un dossier en local ou sur un Dropbox. Parce que les blogs changent d’URL, parce que les réseaux sociaux ne vivent jamais à l’infini, je préconise de garder avec vous les images qui vous plaisent plutôt que de les laisser sur Internet. Je les classe et les tague avec des mots-clefs, toujours en local, grâce à Lightroom, et je garde une partie sur un Dropbox ou mon Google Drive pour pouvoir les consulter à tout moment depuis mon téléphone. Aussi, achetez-vous des livres qui vous inspirent, des artbooks, des livres d’art, feuilletez-les quand l’inspiration vous manque. Entourez-vous de belles choses, d’affiches, de sérigraphies, d’objets chinés sur votre bureau. Sortez de votre zone de confort: si vous êtes illustrateur, regardez les livres d’architectures; si vous êtes architectes, regardez les livres de graphisme, etc.

11/ Ne restez pas seuls!

Conseil aussi assez élémentaire, mais la progression régulière vient aussi d’un paramètre humain: si on rencontre et partage notre passion avec d’autres personnes, on a plus à cœur de pratiquer régulièrement! L’émulation collective peut faire beaucoup de choses: les période où j’avais moins à goût à dessiner coïncident avec des périodes où je n’ai rencontré personne qui dessine ou créer (dans le travail ou les études). Un point bonus aux rencontres bonus, parce qu’entre personnes qui dessinent on partage aussi énormément d’autres problématiques: du conseil sur le matériel aus doutes partagés sur notre création, rien ne vaut une conversation entre pairs pour se remotiver! Participer à un forum sur Internet fonctionne aussi très bien pour ceux qui ne sont pas dans une grande ville ou faute de choix. Faites l’effort au moins une fois par an, quitte à y mettre un petit budget et à vous déplacer, de faire un workshop, une conférence, un regroupement Urban Sketchers, pour rencontrer d’autres personnes qui partagent votre passion. Le résultat: vous serez reboostés pour des mois et vous vous ferez des amis. Ça en vaut bien la peine.

12/ Confrontez votre travail au regard des autres

Une autre manière de ne pas rester bloqué dans votre pratique artistique: montez votre travail! C’est un consil à mettre en parallèle avec le précédent, mais là aussi, rien ne vaut que de montrer votre travail, régulièrement. Montrez-le à vos amis, votre famille, même s’ils ne sont pas artistes. Faites, un blog, montrez votre travail sur les réseaux sociaux. Et là, c’est tout bénef: une critique construite vous poussera hors de votre zone de confort le jour où vous sentez que vous patinez dans votre pratique. Un bête « J’aime » ou un compliment vont vous pousser à continuer, malgré les doutes; parce des doutes, vous en aurez, vous en avez déjà. Faites le bisounours, engrangez du positif; c’est toujours le meilleur des moteurs pour continuer un peu tous les jours, à pratiquer avec plaisir, et à trouver l’inspiration pour votre métier. Croyez-moi, c’est une méthode éprouvée!

Merci à Hüseyin Aydin Gürsoy pour la question initiale. Je réalise que cette question, pourtant vieille comme le monde, appelle de nombreuses réponses. Et surtout, que j’avais pas mal de choses à dire dessus. 

J’espère qu’un tel article trouvera écho chez vous. Comme toujours, n’hésitez pas à commenter sur ce blog, ou ailleurs si le cœur vous en dit!

Filed under Blabla & News

Graphiste, directrice artistique et webdesigner sur Clermont-Ferrand, originaire de Toulon. Je tiens ce blog depuis 2005. J'aime le dessin (sans déconner), le DIY (broderie, peinture), l'animation, le motion design et la photographie. Sinon j'ai un (gros) chat roux un peu idiot, j'aime le bon café à l'italienne, les voyages, dessiner à la terrasse d'un café, ma tablette Cintiq et les fromages un peu forts.

1 Comment

  1. Bravo et merci pour tes conseils pertinents et avisés^^! Je plussoie!!
    Au plaisir de te recroiser sur Clermont un de ces jours, peut-être?
    Anne

Comments are closed.